Création monétaire ?

imagesMême s’il ne fait pas la une des journaux, le débat sur le sujet fait rage entre créationnistes et négationnistes. Son enjeu est capital en termes de politique financière. Si les banques sont dotées d’un pouvoir extraordinaire de création monétaire ex nihilo et, en quelque sorte, volent leurs revenus, l’intervention de l’Etat pour canaliser ce haut débit et rétablir la justice s’impose. S’il n’en va pas ainsi, le crédit bancaire n’appelle pas nécessairement d’intervention publique palliative ou correctrice.

Lire la suite

« Dérégulation » ou « dérèglement » de la finance ?

imagesPassons sur le fait que le mot de « régulation » est une mauvais traduction de ce faux ami  de la langue anglaise qu’est le terme de regulation, qui signifie tout bonnement réglementation, et qu’en France seule l’on a troublé les esprits en créant un néologisme plus « tendance ». Et gardons nous donc de chercher la différence spécifique entre la vieille réglementation et la nouvelle régulation, qui a peu à peu envahi manuels et media et désormais même le journal officiel : les anglo-saxons que nous singeons en délaissant un terme français dénué d’ambiguïté n’ont quant à eux ni changé de terme ni de concept. Lire la suite

Comment la croissance reviendra ?

 Comment reviendra la croissanceLa croissance doit cesser d’être fébrilement recherchée par des politiques qui croient pouvoir en faire un objectif directement à leur portée à l’aide de l’arme totalement émoussée de la relance. Elle est une résultante de l’action combinée des hommes qui ne peut qu’être facilitée par une action politique intelligente à l’égard des secteurs qui tirent la croissance vers le haut  […]

     …lire la suite…              Retrouvez l’article tel que publié dans le Cercle des Echos

L’Entreprise est un générique

génériqueMarisol Touraine, ministre des affaires sociales, a récemment déclaré que l’hôpital n’est pas une entreprise. Ce propos paraîtra de bon sens à beaucoup. Et peut-être même comme une évidence ou un truisme. Pourtant il n’en est rien. Il s’agit au contraire d’une de ces fausses évidences qui encombrent le mental national et qui suscitent des crispations idéologiques et des tensions sociales là où une plus grande rigueur terminologique permettrait de préserver l’énergie pour l’action politique urgente que le secteur de la santé, et le secteur social en général, requièrent. [….]

….lire la suite…