Sans la « liberté des anciens » la « liberté des modernes » est en péril

1-senatLa liberté des modernes, conçue comme une déclaration des droits de l’Homme vis-à-vis du pouvoir absolu et arbitraire des monarques s’est définie principalement comme une liberté négative : la garantie de ne pas être arrêté et emprisonné arbitrairement, de ne pas être inquiété ou persécuté par l’Etat en raison de ses opinions ou de sa religion, comme cela fut le cas en Europe, en France en particulier, au 16 ème et au 17 ème siècles[1]. Pour Locke d’ailleurs l’exigence du respect de la propriété privée, fondement du libéralisme économique, découle de la liberté religieuse, qui implique d’être maître chez soi.

Lire la suite