Donald Trump le portrait de Dorian Gray des Etats-Unis

Donald Trump n’est que le portrait de Dorian Gray des Etats-Unis, rien que la version tonitruante et décomplexée d’un unilatéralisme américain, d’une hégémonie américaine installée de longue date. En sortant de manière provocante des Accords de Paris et en « tournant le dos au reste du monde », l’hégémonisme américain tombe le masque et dévoile au grand jour un tableau grimaçant jusque-là tenu caché ou gardé dans la pénombre. Cette révélation est une occasion d’émancipation politique du monde et une chance pour l’Europe de reprendre en main son destin et de s’affranchir d’un ordre politico-économique du monde d’après-guerre de moins en moins justifiable. Elle suppose en particulier une plus grande lucidité à l’égard de l’empire monétaire américain sur le reste du monde[1].

Lire la suite