Les banques centrales : Docteur Jekyll et Mister Hyde

Un-remake-pour-Dr-Jekyll-et-Mr-Hyde_portrait_w532Les banquiers centraux sont soumis à une schizophrénie redoutable. D’un côté, leur formation classique les incline à un discours de défense et illustration de l’orthodoxie financière publique et privée, aujourd’hui d’incitation aux réformes structurelles[1]. De l’autre, l’ADN des banques centrales les conduit à jouer un rôle déterminant dans ce que l’on appelle la « financiarisation » de l’économie et les pousse vers une « hétéropraxie » croissante dont on peine à imaginer une sortie par le haut.

Lire la suite